La petite école facebook
Gastronomie

La Petite École : une perle rare à Sainte-Julie

Un de mes plaisirs exquis dans la vie, c’est de découvrir un nouveau restaurant. J’adore cela. Surtout quand c’est un restaurant comme La Petite École de Sainte-Julie, qui propose un nouveau menu hiver 2018 très alléchant. Voici un récit gourmand de notre expérience.

Si nous avions à définir ce restaurant, nous dirions qu’il est d’inspiration française, mais au goût du jour. En fait, ce n’est pas moi qui le dis, mais le propriétaire, Jean-François Allard, que nous avons eu la chance de rencontrer lors de notre passage. Mon invité et moi avons été en tous points éblouis.

La petite école contre-filet
Tout était parfait, comme la cuisson de ce contre-filet

D’abord par l’endroit : le nom du restaurant n’est pas anodin. Le  lieu a été, jusqu’en 1958, la petite école de Saint-Julie, là où les enfants du coin allaient étudier. Ce magnifique lieu est devenu un restaurant, et depuis un an et demi, Jean-François Allard égaie les panses de ses clients.

Ensuite, l’atmosphère y est chaleureuse, familiale. Jean-François Allard est propriétaire, mais chef avant tout. Et tout un chef, si je puis me permettre! Il travaille en cuisine avec son père, et sa sœur, Karine, est serveuse. Elle est d’ailleurs charmante, dynamique et vous fera regretter de ne pas avoir découvert ce beau restaurant avant!

Lors de notre passage, nous avons eu droit à une véritable communion des sens

On a entamé la soirée avec deux cocktails – les coups de cœur de Karine – le Bloody écolier (Gin Tanqueray, moutarde de Dijon, épices Montréal, tabasco et Clamato) et le Devoir (Gin St-Laurent, liqueur de petits fruits, sirop de basilic, bleuets et ginger ale). Nous sommes déjà impressionnés. Les plus perspicaces d’entre vous auront noté que les deux cocktails sont à base de gin : effectivement, La Petite École possède un bar à gin impresionnant, incluant une sélection alléchante de gins québécois.

Entrées

En entrée, nous avons mangé les fameux  escargots cochons (poêlé d’escargots, ail confit, tomates séchées, brunoise d’oignons rouges, déglacé au vin blanc, sauce crémeuse au fond de veau, roquette fraîche et pavé de feuilleté à l’huile de paprika fumée). À lui seul, ce plat vaut détour. Nous avons également dégusté une brûlée de foie gras et son cidre du domaine (Pot Masson de foie gras façon crème brûlée, grille de pain aux noix et son (trop délicieux!) cidre de pomme du Domaine Lafrance). Je n’ai qu’un mot : divin.

Plats principaux

Comme plats principaux, nous avons pu goûter à l’agneau McIntosh (jarret d’agneau braisé en cuisson lente, nappé d’une sauce au calvados et McIntosh) et le contre-filet vieilli 45 jours (contre-filet de 10 onces vieilli 45 jours en « coffee rub », cuit sous vide, finition sur pierre volcanique avec légumes de saison).  Les deux plats nous ont prouvé que ce restaurant est parfait! C’est le chef qui prépare ses recettes, avec un amour débordant pour la bouffe!

Desserts

Nous étions déjà convaincus de notre retour à cet établissement quand nous avons reçu nos desserts : un superbe trio de crème brûlée et un beignet fourré de crème glacée.

Notre verdict?

Vous devez absolument découvrir ce restaurant, si ce n’est pas déjà fait. Tout est fait sur place, avec des ingrédients de qualité supérieure et un savoir-faire hors pair. On y va pour célébrer un anniversaire, pour un souper entre collègues ou une réunion familiale. N’hésitez pas à demander conseil à Karine, elle vous guidera avec plaisir!

Aussi, le restaurant possède une ardoise, présentant des plats du moment. Vous voudrez aussi profiter des promotions, comme le mardi tartare (16$ seulement!) et le jeudi entrées à moitié prix!

La Petite École

611, boulevard Saint-Joseph
Sainte-Julie
450 922-9009
restaurantlapetiteecole.com/

Pour réserver, cliquez ici

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *